past presidents SRBSCMF

- création 1900 car en 1975, congrès du 75ème anniversaire...Le président ne fut sûrement pas Van Mosuenck qui ne commença qu'en 1905..et comme Van Mosuenck fut le premier stomato universitaire, je me demande bien qui fut ce président en 1900 : Polet de Bruxelles ?
 
- liste d'autres présidents plus récents
    - 1934-1935 : J. Polus
    - 1946 : R. Boisson
    - 1947-1948 : A. Biourge
    - 1949-1950 : ?
    - 1951-1952 : R. Douniau
    - 1953-1954 : E. Mattelaere
    - 1955-1956 : P. Delfosse
    - 1957-1958 : R. De Wilde
    - 1959-1960 : F. Bonhomme
    - 1961-1962 : A. Reychler
    - 1963-1964 : H. Brabant
    - 1965-1966 : ?
    - 1967-1968 : M. Moineau
    - 1969-1970 : W. Michiels
    - 1971-1972 : L. gerardy
    - 1973-1974 : G. Feys
    - 1975-1976 : R. Mayer
    - 1977-1978 : Prof. M. Bossuyt
    - 1979-1980 : Prof. P. Lechien 
    - 1981-1982 : Dr. Léon Van de Vyver

    - 1983-1984 : J. Sasserath
    - 1985-1986 : R. Peeters
    - 1987-1988 : G. Meulemans
    - 1989-1990 : R. Buelens
    - 1991-1992 : R. Peiffer
Te bevestigen
    - 1993-1994 : L. Neyt
    - 1995-1996 : M. Linker
    - 1997-1998 : C. Borghraef
    - 1999-2000 : Prof. J. Vanreck
    - 2001-2002 : Prof.  E. Fossion
    - 2003-2004 : Prof. H. Reychler
    - 2005-2006 : Prof. G.Wackens
    - 2007-2008 :

Flash-back: 100 ans de stomatologie et 25 ans de chirurgie maxillofaciale à l’UCL


Discipline officiellement reconnue en Belgique il y a 25 ans, la chirurgie maxillofaciale est aujourd’hui le fleuron de la stomatologie. Le Pr Hervé Reychler retrace  quelques moments forts du Service. La stomatologie est née à l’UCL en 1905 lorsqu’il fut décidé d’ouvrir, à côté des quatre grandes cliniques existantes de l’époque (la médecine interne, la chirurgie, la gynécologie- obstétrique et l’ophtalmologie), une clinique de stomatologie. La responsabilité de cette clinique fut confiée au (futur) Pr Van Mosuenck qui s’était formé à la discipline, toute jeune à l’époque, à Genève et à Chicago. L’UCL fut ainsi la première université belge à consacrer cette spécialité.


Extraire les dents

Au départ, si on en croit les archives, la stomatologie ne s’occupait pas des pathologies dentaires ou plutôt ne s’occupait que d’extraire les dents. Il n’y avait pas d’autres thérapeutiques dentaires avérées. Mais lorsqu’elles sont apparues, ayant rapidement démontré leur efficacité, il a fallu très logiquement répondre à une énorme demande et ce, pour le bien de la santé publique. Il fut donc demandé en 1919 au Pr Van Mosuenck de mettre également sur pied un service de dentisterie.


En 1939, succéda au Pr Van Mosuenck le Pr Léon Van de Vijver qui vint à la stomatologie par alliance, ayant épousé la fille du Pr Van Mosuenck. Sa tâche fut rude, en raison de la deuxième guerre et de l’incendie de l’Institut qui abritait son service. Il eut cependant le mérite de créer les nouveaux locaux du fameux Kuithoek à Louvain, toujours fonctionnels, avec un étage d’hospitalisation et un quartier opératoire propre à la stomatologie mais partagé avec l’ORL.


Spécialité médicale


C’est en 1956 que la stomatologie fut officiellement érigée en spécialité médicale en Belgique. Les stomatologues n’ont compris que bien plus tard les enjeux des traitements chirurgicaux, développés, malheureusement, par l’expérience acquise dans plusieurs pays européens lors des soins à fournir aux blessés des deux guerres mondiales (les fameuses " gueules cassées " en France par exemple). Ainsi naquit la chirurgie maxillo-faciale, laquelle fut seulement reconnue comme spécialité, en Belgique,en 1989.

Le Pr Douniau succéda au Pr Léon Van de Vijver en 1971 et c’est en 1980 que Le Pr Hervé Reychler s’inscrivit dans cette histoire de la stomatologie lorsque lui fut confiée la mission du développement de la la chirurgie maxillo-faciale, au sein du service dont la responsabilité avait été confiée au Pr Lechien, aidé des Drs Fosseur et Slewaegen. Il eut l’énorme chance de pouvoir faire toute sa formation en Allemagne : ses Maîtres y furent les Prs Schilli et Härle à Freiburg, puis les Prs Schmid et Widmaier à Stuttgart.


Pr H. Reychler


Etonnant mais plus vraiment d’actualité ! (Extrait de la revue médicale de Louvain, Dr M. Polet, 1926)

In memoriam Professeur Raymond Douniau

 
Le professeur Raymond Douniau nous a quittés ce 16 avril 2000, entouré des siens, à l'âge de 90 ans, après une longue maladie supportée avec courage et dignité.
Né le 8 avril 1910 à Chimay, ville où il fit ses humanités gréco-latines de 1921 à 1927, Raymond Douniau fut diplômé médecin de l'UCL en 1933 et licencié en science dentaire en 1934.  Il poursuivit ensuite, de 1934 à 1936, sa formation spécialisée en stomatologie à l'hôpital Saint-Pierre à Leuven, à Lariboisière et à la Pitié Salpetrière à Paris.

Dès cette année 1936, il s'installe à Charleroi pour pratiquer de manière exclusive - ce qui était tout à fait exceptionnel voire présomptueux à cette époque - la stomatologie et progressivement en fonction du développement de cette toute nouvelle spécialité, la chirurgie maxillo-faciale.  Pour plusieurs interventions chirurgicales maxillo-faciales aujourd'hui devenue courantes, Raymond Douniau fut un réel pionnier.  C'est ainsi que sur cette réputation bien établie, il a pu édifier un réel "empire" caroloregien.  Responsable du département de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale à la clinique Notre-Dame de Charleroi en 1962 et titulaire du département de chirurgie maxillo-faciale à la clinique Saint-Joseph à Gilly dès 1963, il devint responsable de la chirurgie maxillo-faciale à la clinique Notre-Dame de Grâce à Gosselies en 1964 et à la clinique Fabiola à Montigny-sur-Sambre en 1968.  Il y opéra de nombreux patients qui lui étaient très reconnaissants; sa connaissance de la langue italienne ne pouvait que faciliter le contact avec ses patients !

C'est en 1969 que l'UCL fit appel à ses services, tant comme enseignant que comme clinicien, pour succéder au professeur Van de Vijver.  Nommé maître de conférences en 1969, il fut professeur à la Faculté de Médecine de 1972 à 1980, date de son éméritat.  Agréé maître de stages UCL pour la stomatologie et la chirurgie maxillo-faciale dès 1970, il forma donc pendant dix ans plusieurs médecins spécialistes et enseigna aux futurs médecins et dentistes les matières théoriques de stomatologie et de pathologie et thérapeutique buccales.  Son enseignement était rigoureux, basé sur des connaissances scientifiques solides.  Dès 1971, il fut aussi cotitulaire avec le professeur Lechien des cliniques de stomatologie et chirurgie maxillo-faciale.   Nommé chef de clinique en 1969 à Leuven, il devient chef du service de stomatologie et chirurgie maxillo-faciale à Woluwé, de 1976 à 1980.  Jusqu'à la fin de sa carrière universitaire, il resta fidèle à ses activités à Charleroi.

Ses principaux pôles d'intérêt clinique, qui furent aussi à l'origine de ses recherches cliniques, étaient les odontodysplasies, les ostéopathies des maxillaires, les tumeurs des glandes salivaires, l'endocardite bactérienne d'origine buccale;  il lui revînt d'ailleurs l'honneur de pouvoir argumenter le rapport du Congrès français de stomatologie de 1971 à Lyon.  Le diagnostic et le traitement des tumeurs malignes de l'épithélium oral le passionnaient;  il développa d'ailleurs plus particulièrement dans ce cadre une excellente collaboration avec le professeur C. Deckers (service des Tumeurs et de Radiothérapie) et le professeur C. Fievez (anatomo-pathologie).  Son infatigable intérêt scientifique lui permit de rédiger 83 publications dans des revues scientifiques nationales et internationales, et de présenter de nombreuses communications à des congrès nationaux et internationaux, principalement à Paris.  La reconnaissance officielle de ces efforts aboutit à l'attribution en 1979 du titre de docteur honoris causa par l'Université Pierre et Marie Curie de Paris VI, sur recommandation du professeur Cernéa, figure de proue de la stomatologie française.

Au sein de la société royale belge de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, son activité fut particulièrement soutenue : de 1947 à 1958, il fut rédacteur en chef de l'organe officiel de cette société, la revue belge de stomatologie, et il en fut le président de 1951 à 1953.  Depuis 1986, il en était membre d'honneur.
Parmi les nombreuses affiliations aux sociétés scientifiques internationales, épinglons celle de membre de l'Institut d'anthropologie de l'Université de Cagliari en 1957, membre du comité directeur de l'Association Internationale de Stomatologie et membre fondateur de l'European Association for Maxillofacial Surgery.
La défense professionnelle, beaucoup plus active à cette époque, ne le laissa pas indifférent.  Membre fondateur de l'Union professionnelle belge des médecins spécialistes en stomatologie en 1958, il en fut élu le premier Président (1958 à 1962).

Il nous laisse le souvenir d'un grand travailleur, très attaché à sa famille et à ses patients dont le bien-être était sa préoccupation première.

Professeur H. Reychler